« Les voies d’Aliénor » est un projet transmédia de valorisation du patrimoine aquitain. Celui-ci s’articule autour de la figure d’Aliénor d’Aquitaine et mobilise plusieurs supports médiatiques dans le but de créer une expérience de narration augmentée.

Il permet d’aborder entre autres l’histoire d’Aliénor d’Aquitaine et de sa descendance, la condition de la femme au Moyen Âge ou encore les conditions de vie au XIIème siècle sous forme ludique et divertissante.

« Les voies d’Aliénor » a été rendu possible grâce à la rencontre et à la collaboration de plusieurs organismes de la vie culturelle, artistique et éducative de la région Nouvelle Aquitaine :

  • La DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles – Nouvelle Aquitaine) est chargée de conduire la politique culturelle de l’État dans la région et les départements de la Nouvelle Aquitaine. Elle intervient dans de nombreux domaines tels que la promotion de la connaissance, la valorisation et la conservation du patrimoine.

  • Medianum est un programme qui interroge les pratiques de valorisation du patrimoine exploitant une stratégie transmédiatique. Il a aussi pour objectif de mettre en place des dispositifs de médiation et de valorisation du patrimoine régional par l’usage du transmédia.

  • La DAAC de Bordeaux (Délégation Académique à l’Education Artistique et Culturelle) est une entité du Ministère de l’Éducation Nationale dont le but est de mettre en place un parcours d’éducation artistique et culturelle pour les élèves dans les écoles et les collèges de la région Nouvelle Aquitaine.

Qu’est-ce que le transmédia storytelling ?

Le terme « transmédia » est utilisé pour désigner une œuvre (de fiction ou non) qui mobilise une variété de médias afin de développer un univers narratif cohérent. À l’inverse du « cross-média », chaque média est alors utilisé pour proposer un contenu différent. Par conséquent, ce dernier peut être appréhendé de manière indépendante ou alors comme un point d’entrée dans l’univers transmédiatique.

Ainsi, dans le « transmédia storytelling » (narration transmédia), chaque support, grâce à ses spécificités d’usages, permet de venir compléter l’histoire afin de construire un véritable univers.

Bien que le principe ait toujours existé, on doit la notion de « transmédia storytelling » au chercheur américain Henry Jenkins (La Culture de la convergence. Des médias au transmédia, 2006).

Afin qu’une oeuvre soit transmédia, celle-ci doit respecter les éléments suivants :

  • Raconter une histoire : de véritables arcs narratifs doivent être mis en place.

  • Utiliser une variété de formes : l’histoire n’est pas restreinte à une seule forme de narration. Au contraire, elle se matérialise sous plusieurs formes (l’écrit, l’audio, la vidéo, etc.).

  • Utiliser une variété de plateformes : l’histoire doit pouvoir se déployer sur une pluralité de supports, numériques ou non (livre, application mobile, film, etc.).

  • Se dérouler dans un monde unifié : la narration augmentée permet de créer de véritables univers.

  • Encourager la participation de l’audience : les dispositifs doivent permettre d’impliquer les spectateurs afin qu’ils viennent combler les béances narratives.

  • Intégrer une mécanique de jeu : les jeux et la « gamification » (du terme anglais « game » qui signifie jeu) du contenu permettent une implication plus facile des spectateurs.

  • Créer une expérience sociale : une véritable communauté de fans doit pouvoir se créer, ce qui leur permet de se connecter les uns avec les autres.

  • Proposer différents niveaux d’engagement : l’histoire se développe en s’appuyant sur des utilisateurs plus ou moins impliqués.